Maison Foujita

Découverte de la maison Foujita hier avec l’école.

Qui est Foujita? Tsuguharu Foujita est né au Japon en 1886. Dès petit, il rêve d’être peintre. Il étudie les Beaux Arts à Tokyo et en sort diplômé en 1910. Pour lui, Paris est le summum quand on parle de Beaux Arts, Il arrive à la capitale en 1913.  Après sa rencontre avec Picasso, Foujita participera à l’avancée de l’art moderne devenant une des personnalités les plus connues de L’école de Paris* . Après des années à vivre de folie, il connait un succès fou mais suite à la séparation d’avec sa compagne en 1931, il entame un voyage de 2ans en Amérique Latine et rentrera au Japon en 1933. Après quelques années, il rentre à Paris en 1939, mais la guerre écourte son séjour et il retourne au Japon pour servir artistiquement et influencer le peuple Japonais. Il revient définitivement dans son pays d’adoption en 1950, obtient la nationalité française en 1955, se convertit au catholicisme en 1959 et prend le prénom de Léonard. Il achète la maison de Villier-le-bâcle en 1960.  Il bâtit et décore une chapelle à Reims, la chapelle Foujita.  Il décède d’un cancer en 1968.

La maison atelier:   Hier, je suis donc allée en sortie scolaire visiter la dernière demeure de l’artiste à Villier-le-bâcle, ayant reçu le label « Maison des Illustres ».  Nous arrivons tout d’abord dans une grande propriété de 2 maisons avec un graaaaannnnndddd jardin ^^. La 1ere maison est destinée à l’accueil et aux ateliers que propose la maison, par exemple, manga, calligraphie, origami, concert etc etc…. la seconde est la demeure de Foujita, celle dans laquelle il a vécu, tout est resté tel quel.

Après une brève description de la vie de l’artiste, nous prenons place aux ateliers, calligraphie et origami. Assisté par la dynamique Viviane et la douce Noriko, les enfants se sont essayés à ces arts. De manière générale, ils ont adoré et étaient très appliqués. Ils ont apprécié écrire leur prénom en katakana (sauf ma fille qui a ses kanji) et créer des poupées Hina et des casques de samouraï avec une simple feuille de papier.

Après un pique-nique, nous découvrons la maison du Maître. Fan de brocante, la demeure est entièrement pensée et décorée par le propriétaire, ramenant portes d’un presbytère français, outils trouvés au Mexique, et d’autres objets plus orignaux les uns que les autres.

L’artiste est graveur, sculpteur, couturier, peintre, céramiste… Tous ses talents sont représentés dans la maison. Il créé ses assiettes, sculpte des miroirs, coud ses rideaux, bref, son domicile est à son image.

Ce que l’on en a pensé? Très très chouette. Il ne faut pas vraiment compter sur l’artiste pour y trouver un dépaysement japonais. Non, non, il était français, aimait la France et la modernité (par exemple, il a le tout 1er exemplaire de canapé lit). Par contre, l’association propose des activités en relation avec le Japon lors d’événements.  http://www.fondation-foujita.org/   

N’hésitez pas à découvrir le lieu lors des nuits européennes le 21 mai avec concert et ateliers gratuit.

Sinon pour le coté botanique les 04 et 05 juin.

Accueil
Tous les week-ends, entrée libre et gratuite
– samedi de 14h à 17h
– dimanche de 10h à 12h30 et de 14h à 17h30
En semaine, sur réservation, les mercredis et vendredis matin.
Adresse:
Maison-atelier Foujita
7, route de Gif à Villiers-le-Bâcle (91190)
Accès:

RER B, station Massy-Palaiseau, sortie 1 Ramolfo Garnier, puis bus 91-06 A ou B, ou 91-10, en semaine, et bus 91-10 le week-end, en direction de Saint-Quentin-en-Yvelines, arrêt Rond-point Maison Foujita. (En descendant du bus, aller tout droit, jusqu’à la place du village. En face du restaurant La Petite Forge, tourner à droite, route de Gif. La Maison-atelier est à 150 mètres à gauche.)

RER B, station Gif-sur-Yvette, puis bus 10, direction Buc / Saint-Aubin / CEA RD 306, arrêt Ecole de Villiers. (Rester sur le trottoir de descente du bus, et continuer tout droit, dans le sens de circulation. La Maison-Foujita est à 300 mètres.)

*l’école de Paris fait référence à un mouvement artistique moderne de personnalités habitant Paris. Il débute dans les années 20 et finit vers les 60’s. On y retrouve notamment Picasso et Chagall.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *